Les petites vérités  facilitent les grands mensonges

0

Ce ne sont pas les  écrits d’Éric Zemmour qui sont le plus dangereux. C’est leur lecture par une population qui utilise le biais de confirmation* pour exprimer tout haut ce qu’elle pense tout bas.

Prenons la question juive.  Il y a en France une forme d’antisémitisme larvé. Lorsque Zemmour dit que le régime de Vichy a sauvé certains juifs français, il n’a pas tort et les historiens le reconnaissent. Sur Pétain il souligne un petit aspect positif ce qui sème le doute sur la totalité de ce qui a été négatif. Les  faits historiques sont plus complexes que ce que l’on pense à première vue. Ainsi il est vrai que l’Etat français a, tout au moins au début, mené sa propre politique antisémite de manière souveraine tentant d’épargner les juifs français. Raul Hilberg dans son ouvrage La Destruction des Juifs d’Europe écrit : « Dans ses réactions, le gouvernement de Vichy tenta de maintenir le processus de destruction à l’intérieur de certaines limites.  En renonçant à épargner une fraction (les juifs étrangers), il sauva une grande partie de la totalité (les juifs français) ».

Cette  vérité partielle permet-elle de justifier le mal global ? Non, répondent les historiens.

Mais lorsque les antisémites refoulés écoutent Zemmour ils comprennent au-delà de ce qu’il exprime et se découvrent sans complexe au grand jour. C’est là que Zemmour est vraiment dangereux, lorsqu’il permet, par quelques petites vérités habilement distillées, à des  pensées extrêmes de s’autoriser à croire qu’elles ont raison. Et pourquoi  donc ne pas réhabiliter Pétain ?

Lorsque le négationniste Robert Faurisson disait que les murs des chambres à gaz étaient dépourvus de  traces  importantes de Ziclon B, il n’avait pas tort. Il justifiait ainsi la non-existence des chambres à gaz, permettant aux négationnistes de s’afficher sans complexe. Il oubliait simplement de dire (ce que l’on a établi depuis) que pour tuer des hommes confinés dans ces lieux, il suffisait de très peu de gaz, laissant peu de traces.

Le même raisonnement vaut pour l’islamophobie. Lorsque Zemmour déclare que tous les musulmans sont susceptibles de se radicaliser, il n’a pas tort, mais il en conclut qu’il faut tous les expulser, oubliant que dans les faits, seule une infime  minorité sera tentée par cette dérive.  Ainsi le biais de confirmation* conforte les  idées extrêmes et leur permet de  s’exprimer au grand jour.

Au fond, pour être bref, ce n’est pas Zemmour qui fabrique les idées de l’extrême droite raciste xénophobe, islamophobe. Elles sont malheureusement toujours là, préexistantes. Elles n’attendent  que la faille d’une petite vérité pour prétendre au bienfondé d’une grosse erreur morale. Une population apeurée  et souvent éprouvée trouve dans la parole de Zemmour les raisons consolatrices de croire en la  réalité de ses fantasmes. Tristes topiques.

Jean François Principiano

 

*Le biais de confirmation consiste à privilégier les informations confirmant ses idées préconçues.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.