Cécile Muschotti rencontre le Ministre de l’Intérieur

0

Un tir a de nouveau eu lieu hier dans le quartier de la Beaucaire à Toulon. Le projectile a fini sa course dans le commissariat, choquant un des agents de police.

Je me suis rendue sur place, afin de rencontrer les agents et de les écouter, de récolter aussi leurs impressions sur cette violence qui inlassablement se manifeste dans ce quartier, comme dans d’autres quartiers de notre métropole.

J’ai échangé ce jour à ce propos avec le Ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, qui ne manquera pas de faire une visite dans le Var avant l’été, à ma demande, et de venir rencontrer les agents de ce territoire.

C’est une évidence, les 21 agents affectés à Toulon cette année sont une avancée, importante. Pourtant, ils ne suffiront pas à résoudre tous les problèmes. Demander, comme seule réponse, de nouveaux effectifs, c’est nier la complexité du problème.

En effet, tout ne dépend pas de l’État et ce n’est pas l’État qui peut résoudre, seul, toute la problématique de ces grands ensembles où la violence et les actes délictueux ne cessent pas. Le problème est inhérent au quartier dans sa structuration. C’est là qu’il faut agir.

Elle dépend en grande partie de ce que les collectivités territoriales sont en mesure de proposer aussi en termes de services publics, d’appui à la construction d’un maillage associatif dense, qui réponde aux besoins de toute la population. Le futur de ces quartiers dépend aussi de l’investissement en termes d’urbanisme et d’aménagement des espaces communs. En résumé, le futur de ces territoires dépend de l’engagement des municipalités et des EPCI, et de ce qu’elles auront envie d’y investir d’argent public et d’ambition.

Ce sont là de vrais choix politiques.

Demander à l’État de ne pas cesser de s’engager, c’est bien, mais accompagner cet investissement d’une volonté c’est mieux. C’est en y coordonnant l’action publique locale que nous parviendrons à de vraies avancées.

Les leviers existent : ils se nomment investissements, rénovation urbaine, éducation populaire. C’est bien de l’agilité des collectivités dont dépend le futur de nos quartiers.

Pourquoi ne pas imaginer de nouvelles solutions ? un laboratoire d’idées ? une consultation des habitants ? d’un débat public autour de ce que pourrait devenir ces quartiers ? Soyons ambitieux. Nous en avons les moyens. À Toulon, en avons-nous la volonté ?

Cécile Muschotti
Députée du Var

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.