Mazaugues la Carrière creuse la discorde !

0

Dans le Var, à Mazaugues, l’entreprise Provence-Granulats tente depuis 15 ans d’exploiter une carrière de broyage de roche. Sans doute ce projet devrait susciter des postes de travail, environ une quinzaine, ce qui serait bienvenu dans le contexte morose de cette région intérieure du Var. Pourtant un collectif s’élève depuis le début contre ce projet. Les partisans favorables au projet précisent qu’il n’y a aucune inquiétude à avoir, mais pour l’heure voyons les raisons de cette opposition à cette carrière de la discorde locale.

Les raisons qui motivent l’opposition selon le Collectif Anti Carrière*
1. Sous ce projet de carrière se trouve une immense réserve d’eau souterraine, classée «Stratégique pour l’Alimentation en Eau Potable»(1) et qui alimente déjà plus de 500.000 habitants du Sud du Var.
C’est le plafond rocheux de cette réserve d’eau souterraine que veut exploiter le carrier. Or, il présente un Risque Majeur d’Effondrement Généralisé(2).
Ainsi, une carrière en ce lieu finirait inéluctablement par s’effondrer, emportant avec elle engins et produits chimiques dans cette masse d’eau essentielle pour le Var et son avenir.

2. Située au cœur du Parc Naturel Régional de la Sainte Baume en site Natura2000, cette carrière détruirait des espèces protégées au niveau national(3) et européen(4). Elle détruirait notamment un des groupes biologiques connaissant le plus fort déclin en France et en Europe ces dernières années – les chauves-souris – en détruisant un gîte pourtant classé d’importance régionale par le PRAC(5) (plus de 100 chauves-souris de 13 espèces différentes y ont été inventoriées).
De plus, elle impacterait gravement les sources du Caramy, une des dernières rivières sauvages du Var, classée en 1ère catégorie.

3. Cette carrière serait exploitée à l’intérieur même du PPRT(6) d’une usine d’explosifs(7) classée SEVESO 3 – comme Lubrizol et AZF – et stockant du nitrate d’ammonium (le produit qui a explosé à Beyrouth). Or, à ce jour, aucune étude n’a été faite sur le risque de co-activité « usine d’explosifs + carrière ». Il semble pourtant évident que l’utilisation de dynamites dans une carrière située à quelques mètres d’une usine d’explosifs présente un danger réel et immanent pour la population !

4. Enfin, cette carrière apparaît pour le collectif un déni de démocratie. Elle est imposée aux citoyens contre l’avis des habitants, contre l’avis des associations environnementales, contre l’avis des maires de tous bords politiques qui ont voté leur opposition (8). Après avoir épuisé tous les recours, les anti carrière se tournent vers le président de la République sous la forme d’une lettre pétitionnaire. Le Collectif agit en faisant pression par des actions concrètes et non-violentes sur le carrier et l’État pour qu’enfin le bien commun prime sur l’enrichissement d’industriels.

Sources :
(1) 7 milliards de litres ; Étude Schéma Rhône-Méditerranée
(2) Risque maximum ; Étude Geoderis 2015
(3) ex : ibéris à feuille de lin (flore), psammodrome d’Edwards (reptile), le pélodyte ponctué (amphibien)
(4) ex : la magicienne dentelée (orthoptère)
(5) Plan Régional d’Action pour les Chiroptères
(6) Périmètre de Protection des Risques Technologiques
(7) Entreprise Titanobel SA
(8) 28 maires ont voté en 2019 leur refus quant à cette carrière lors de la « Motion pour la préservation de la ressource en eau » de la Communauté d’Agglomération de la Provence Verte et du Parc Naturel Régional de la Sainte Baume.

*Le Collectif Anti carrière de Mazaugues est constitué de citoyens et d’une dizaine d’associations implantées sur plusieurs communes du Var :
– La Confédération Méditerranée Environnement basée à St Mandrier
– Le CIL (Comité d’Intérêt Local) basé à Mazaugues
– TOPASE (Tourves Passion Environnement) basé à Tourves
– Les Trésors de Tourves basé à Tourves
– Jardins de reliance basé à Tourves
– Méounes Environnement basé à Méounes
– AMAP de la Roquebrussanne basé à la Roquebrussanne

Jean-François Principiano

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.