Des armes françaises sont bien utilisées au Yemen

0

L’affaire des ventes d’armes à l’Arabie saoudite vient de prendre une nouvelle dimension. Jusque là, tant la ministre des Armées, Françoise Parly que le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, répondaient qu’elles n’étaient pas utilisées dans le conflit au Yémen qui oppose depuis 2015 des rebelles yéménites chiites Houthis et une coalition de pays arabes emmenée par l’Arabie saoudite, le Qatar et les pays du golfe.

Le Yémen est le théâtre d’une guerre intense qui a déjà fait plus de 10 000 morts, 60 000 blessés et provoqué le déplacement de 3,4 millions de personnes. Ce pays subit la plus grave crise humanitaire dans le monde, selon le secrétaire général de l’ONU et de nombreuses organisations humanitaires. Les 3/4 de la population (soit 20 millions) et des régions sont en état de pré-famine.

La révélation d’un rapport confidentiel « secret-défense » de la direction du renseignement militaire du 25/9/18, lors de l’émission « C à vous » du 15/4/19, en présence des deux journalistes Mathieu Deltal et Geoffrey Livolsi, fondateur de Disclose, nouveau média d’investigation, a levé toute ambiguïté sur la prétendue neutralité de la France qui aurait vendu des équipements et des armes à l’Arabie Saoudite tout en nous assurant qu’elles ne servent pas au Yemen ?! (1)

L’Arabie Saoudite ne mène pas la guerre au sol au Yémen, elle se contente de la guerre aérienne, de fournir les armes aux combattants sunnites et d’organiser le blocus alimentaire et humanitaire qui produit de terribles effets : les civils morts, pas de soins pour les blessés, la famine et le choléra !

Et nous devrions croire que si elle dispose de mirages, de chars Leclerc, de canons « césar » et même de bâteaux vendus par la France, l’Arabie Saoudite les met…en vitrines et ne s’en sert pas au Yémen ?

Jusqu’à présent, la version officielle avait encore quelque crédit, le bénéfice du doute face à une guerre qui se passe si loin et dans laquelle notre pays ne serait pas impliqué, il est tellement discret… « Il n’y aurait pas de matériels militaires français sur les fronts actifs… » selon la terminologie militaire . Quelle hypocrisie ? Il faut le faire !

Eh bien, c’est faux et cela s’avère un mensonge d’Etat ont démontré les deux jeunes enquêteurs. Le comble c’est que la ministre des Armées continue à nier et à déclarer que « l’aide humanitaire est prioritaire » alors qu’elle n’arrive pas, parce que l’Arabie Saoudite fait du blocus une stratégie cynique. Et le vendeur d’armes baisse pudiquement les yeux.

Du coup, l’information -qui conïncidait avec le début de l’incendie de Notre-Dame de Paris- a largement été relayée par la presse nationale bien que relativement « écrasée » par l’énorme catastrophe retransmise en directe des heures durant.

Désormais, Macron va plus difficilement faire passer les marchands d’armes pour de petits commerçants qui vendent des produits anodins sans se préoccuper de ce qu’en font leurs clients, ni qui sont ces clients…ils les vendent, point ! Tout en assurant le service après-vente, la formation pour les rendre utilisables et la logistique pour palier à toute éventualité et même plus, si affinités.

Ce faisant, Macron viole délibérément le droit international concernant le commerce des armes dès lors qu’il a connaissance qu’elles pourraient servir à commettre un génocide, des crimes contre l’Humanité, des violations graves des conventions de Genève. C’est le cas.

Un nouveau contrat vient d’être signé avec l’Arabie Saoudite en décembre 2018, concernant des blindés et des canons livrables entre 2019 et 2024. On ne sait jamais, au Yemen ils pourraient en avoir encore besoin…si l’opinion publique, ici aussi, ne s’en mêle pas ?

René Fredon

(1) https://tendances.orange.fr/societe/videos/des-armes-francaises-utilisees-au-yemen-c-a-vous-15-04-2019-CNT000001eYdkE.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.