Hyères : la Cie de l’Écho ouvre sa saison

0

Hyères : la Compagnie de l’Écho ouvre sa saison avec « le Moche » de Marius von Mayenburg

Une pièce de théâtre sur le culte de l’apparence physique.
Animée par Xavier Heredia et Peggy Mahieu la Cie de l’Echo est installée au Théâtre Denis. Elle propose en début de saison 6, 7,8 et 10 novembre un très beau texte d’un auteur dramatique allemand assez provocateur.

Monsieur Lette, inventif ingénieur pour des systèmes de sécurité électrique, va vivre une affreuse expérience ! Il a une « tête pas possible ». Il est moche. Pourquoi personne ne le lui a dit jusqu’à présent ? Pourquoi est-ce justement son supérieur qui préfère envoyer son assistant, incompétent au physique avantageux, lors d’un congrès pour présenter et vendre sa dernière réalisation ? Sa femme, acculée à répondre, lui confesse qu’elle l’a toujours trouvé «extraordinairement» laid, mais qu’elle l’aime tout de même.

Une opération chirurgicale va lui donner, par hasard, un visage aussi beau qu’une «œuvre d’art ». Son physique désormais lui ouvre les portes du succès. Son chirurgien utilise son image idéale comme une marque déposée et son supérieur utilise sa beauté pour attirer des investisseuses riches. Face à la demande, il s’offre entièrement… Jusqu’où peut-il aller pour répondre aux besoins et aux demandes des autres ? Va-t-il se perdre ou va-t-il résister ? La gloire de Lette ne dure pas, sa valeur se dégrade quand il rencontre de plus en plus de duplicatas de lui-même…Les identités finissent par s’enchevêtrer et se perdre.

Qu’est-ce que la beauté ?E« La perte de son identité, dit Marius von Mayenburg, sa dilution dans l’acte de paraître tellement mieux, le fait que nous soyons devenus interchangeables, sont des données révoltantes de notre société. Faire du théâtre, c’est forcément s’opposer à cette volonté d’uniformiser le monde. C’est entretenir, par la mise en valeur des défauts de chaque individu, un espoir de poésie et de différence. »

Un conte sarcastique sur le marché des apparences.
La pièce parle du marché et des fluctuations de la valeur des apparences. Elle montre cette cavalcade sans fin vers un « mieux paraître» uniformisé qui échoue à devenir un mieux-être. On ne retrouve jamais son visage d’avant et le nouveau visage, standardisé, ne nous appartient pas. Pas de retour possible, avec cette double angoisse, celle des apparences et celle de l’identité. Commence alors l’engrenage de la folie. Marius von Mayenburg est l’un des dramaturges allemands les plus encensés de notre époque. Il écrit bien et n’a pas son pareil pour appuyer là où ça fait mal, dans ce grand corps social consumériste, hédoniste et déboussolé qu’est le nôtre. Après l’hystérie parentale, les démons de la réunification allemande, le marketing de la violence, les névroses du couple, c’est le thème de l’obsession de la beauté physique qu’il explore dans cette pièce.

« Le Moche » Mardi 6, Mercredi 7, Jeudi 8, Samedi 10 Novembre – 20h30 Théâtre Denis 12 cours de Strasbourg Hyères. Compagnie de l’Écho texte de Marius von Mayenburg Mise en scène Xavier Hérédia avec Peggy Mahieu, Stéphane Bault, Frédéric Grosche, Morgan Defendante Création lumière : Jean-Louis Barletta Vidéo et visuels : Geoffrey Fages. Traduction : Hélène Mauler et René Zahnd.

Jean François Principiano

Informations et Réservations : 04.94.35.48.77

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.