L’itinéraire d’un sidénologue le Dr Alain Lafeuillade

0
Docteur Alain Lafeuillade

L’itinéraire d’un sidénologue : le livre du Dr Alain Lafeuillade prouve que « la guerre contre le SIDA n’est pas finie »…

En publiant ce livre, « Un médecin ne devrait jamais dire ça », Alain Lafeuillade affirme doublement sa personnalité : totalement investi dans sa fonction de chef de service de Médecine interne et Maladies Infectieuses à l’hôpital de Toulon, et totalement libre dans l’analyse de l’évolution des services hospitaliers.

Ce n’est pas un hasard si la sortie officielle de ce livre « impertinent » a lieu le 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le SIDA… Car le SIDA est toujours d’actualité : « En France, précise le Dr Lafeuillade, 140 000 personnes vivent avec le VIH et sont diagnostiquées. Dans le même temps, 30 000, au moins, sont infectées, mais l’ignorent ».

Trente ans de lutte
C’est en quelque sorte, l’aventure d’un jeune toulonnais, tout juste diplômé en médecine interne, qui voit les premiers malades du SIDA dés 1984, à Marseille, puis en 1986 et 1987, à l’hôpital de Toulon : « les soignants avaient peur d’eux et ne voulaient pas s’en occuper… »
En 2017, cette crainte a, certes, quitté les lieux de soins, mais est toujours présente dans la population générale : les français pensent encore qu’un patient atteint du SIDA peut les contaminer par un simple regard !
Livre de témoignage, de souvenirs, heureux ou attristés, mais aussi ouvrage pédagogique pour comprendre les mécanismes de cette terrible pandémie, « Un médecin ne devrait pas dire ça » ne manque ni d’humour, ni d’émotions…Nous laissons au lecteur la surprise de découvrir les aventures personnelles d’un médecin avec sa hiérarchie, les effets des rigueurs budgétaires dans les services, la polyvalence imposée aux personnels et les résultats de la T2a (tarification à l’activité) qui touche aujourd’hui tous les centres hospitaliers…

Le « Marginal »
Les toulonnais de plus de 50 ans n’ont pas oublié les congrès organisés à Toulon, par ce médecin de province qui a eu l’audace d’inviter des spécialistes reconnus comme le Pr Luc Montagnier et le Pr Robert Gallo, « co-découvreurs » du VIH. Quelques confrères parisiens l’avaient alors surnommé, « Le Marginal »…
C’est avec le même enthousiasme, qu’il a participé, en 2016, à l’ouverture du Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic des hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles (CeGIDD) à l’hôpital Sainte-Musse. Aujourd’hui, des antennes existent dans tout le Var.
« Nous disposons des dernières techniques de biologie moléculaire », écrit-il, « cela nous permet de poser en moins de 24 heures des diagnostics d’infections sexuellement transmissibles, et de les traiter…ainsi que les partenaires de ces patients. »

Dans quelques jours, Alain Lafeuillade partira à Miami où il organise, pour la huitième fois, un « Workshop International sur la Persistance du VIH sous traitement ». Il y rencontrera des spécialistes venus du monde entier, et reviendra à Toulon avec, sans doute, beaucoup de choses à dire…ou à écrire.

N.F.

NB : vous trouverez ce livre en vente ici : https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=lafeuillade+Un+m%C3%A9decin+ne+devrait+jamais+dire+%C3%A7a

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.