La transformation sociale à portée de voix

0

On le dit à chaque élection présidentielle depuis près de 60 ans puisque la Vè République est née en 1958. Quoique la première élection présidentielle au suffrage direct date de 1965, après la révision de la constitution de 1962. Peut-être le vote de dimanche sonnera-t-il le glas de la monarchie présidentielle ?

Ce serait déjà une très bonne raison de voter pour Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise soutenu par le PCF, le parti de Gauche et Ensemble. Il convoquera aussitôt élu une assemblée constituante qui aura pour mission d’écrire la constitution de la VIè République, en même temps que seront ouverts les chantiers de la transformation sociale et de la transition écologique, de la sortie des traités qui détruisent l’Europe et de l’exigence de paix sur tous les continents. Il y a urgence.
Nul besoin de chercher ailleurs la raison de l’impact de sa campagne qui l’a propulsé dans le quatuor des qualifiés possibles pour le second tour : son projet de société est ressenti à juste titre comme le reflet des colères populaires, comme une véritable révolution citoyenne qui touche aux fondements du système libéral. Un espoir s’est levé dans les profondeurs du peuple qui peut changer le cours de la politique…enfin !
Les trois autres candidats en tête des sondages -dont il faut relativiser les résultats publiés (1)- se prétendent tous comme des « anti-système » alors qu’ils ne font que le gérer. Ils promettent même d’en aggraver les effets, alors qu’au pouvoir ils  appliquent successivement les mêmes vieilles recettes du « tout pour les riches, la finance et les grands patrons » par la privatisation, les réductions fiscales, l’austérité qui frappe les plus modestes, l’asphyxie des collectivités locales, des services publics, l’accroissement des inégalités et des discriminations sociales et ethniques.
Naturellement les privilégiés se dressent sur leurs ergots pour résister à la vague qui pourrait les submerger et mettre à mal le système d’exploitation en faillite qui nous aspire vers le bas et se montre incapable de tirer le meilleur d’une société globalement riche, économiquement parlant mais en régression sur le plan social dont ils s’emploient à démanteler les bases pour les livrer à la marchandisation. Tout étant subordonné au profit de quelques-uns.

Ils mettent tout en oeuvre pour dénaturer les solutions préconisées par Jean-Luc Mélenchon en tous domaines, ne reculant devant aucune outrance : « programme irréaliste, c’est la ruine…la sortie de l’Europe, la fuite des capitaux, l’effondrement de la bourse, le totalitarisme… » Le mot a même été lâché par un syndicaliste, le patron de la CFDT, Laurent Berger ! Gattaz a beaucoup apprécié.
Il rejoint la cohorte de milliardaires et de politiciens de droite et de « gauche » en quête de recyclage et de recomposition d’une force prétendûment « ni de droite, ni de gauche » qui se tiendrait à l’écart des idéologies…tout en faisant la promotion de l’idéologie libérale !!
Jean-Luc Mélenchon a l’intention d’aller vite en matière de relèvement du SMIC…à 1326 euros net (+15%) dès le début du mandat pour « permettre aux gens de respirer ». Et pour le porter durant le mandat à 1700 euros net. Même progression pour les petites pensions de retraite et le minima sociaux.
Il engagerait la réduction de l’emploi précaire limité de 5 à 10% des contrats dans le privé, rendrait effectif le retour aux 35 heures, le rétablissement de la retraite à 60 ans, l’instauration d’une 6è semaine de congés payés…Il abrogera la loi El Khomri.

Tout cela a un coût bien entendu. Il n’a pas fait qu’allonger la liste de promesses sociales non financées. Elles le sont, notamment par une réforme fiscale dont nous vous invitons à prendre connaissance (2) et qui se caractérise par : moins de fiscalité en dessous de 4 000 euros/mois de revenus par personne et plus au-dela de 6 000. Beaucoup plus au-delà de 30 000 euros/mois. Sans compter la chasse aux tricheurs, aux évadés fiscaux, aux « niches » du même nom….

Faire sauter les verrous
« Ne les croyez pas quand ils vous disent que je veux sortir de l’Europe et de l’euro…comme si toute discussion des traités était perdue d’avance ?…Ce n’est pas moi qui la menace, qui ai fait partir l’Angleterre, qui crée des troubles dans tous les pays, qui provoque des réflexes nationalistes partout. C’est un mode d’organisation qui pousse à ça. Les nations, les travailleurs sont mis en compétition les uns avec les autres.  Nous n’acceptons plus un cadre qui n’est pas légitime…Il y a des moments où il faut dire fermement ce qu’on veut. »

Jean-Luc Mélenchon veut « mettre fin au dumping par une politique volontariste et rapide d’harmonisation sociale et fiscale par le haut » dans toute l’UE, avec une clause de non-régression des droits sociaux et il veut « revenir sur l’indépendance de la banque centrale européenne qui ne s’occupe que des prix et n’a aucune considération pour l’emploi. »

Ne serait-ce pas salutaire ?
Voilà pour les menteurs intentionnels « qui informent » les demeurés que nous sommes, histoire de sauvegarder leurs intérêts égoïstes qu’ils ont l’audace de confondre avec ceux du pays.
Dans le peu de temps qui reste, gardons à l’esprit que plus de 30% d’électeurs ne savent pas encore s’ils vont voter et pour qui ? Nous en avons sûrement autour de nous auxquels nous ne pensons pas toujours.
Entre d’un côté, conservatisme, austérité, Macron-Fillon, racisme, isolement M. Le Pen et de l’autre, alternative progressiste, Mélenchon…faîtes pencher la balance du bon côté pour le peuple d’en bas, pour le pays !

René Fredon

(1) Sondage du 20/4/17 Harris à 4 h 30, simplement pour mémoire : Macron (25), M. Le Pen (22), Fillon et Mélenchon (19). En sachant que les chiffres sont « corrigés » c’est-à-dire ne réflètent pas les résultats bruts obtenus. Cela à la discrétion des sondeurs…et en fonction des commanditaires.

(2) Le programme de JL Mélenchon : https://avenirencommun.fr/avenir-en-commun/

LEAVE A REPLY