Dépister sans stigmatiser : 157 personnes sont déjà passées par le CeGIDD depuis le 4 janvier

0

Le Dr Alain Lafeuillade et le Dr Emmanuel Chevalier à l’hôpital Sainte-Musse de Toulon

Le Centre Gratuit d’Information de Dépistage et Diagnostic des infections par le VIH, les hépatites virales, et les IST, remplace, désormais, toutes les structures qui s’occupaient de dépistage du VIH ou des autres infections sexuellement transmissibles, dans le Var. Avec une nouveauté : ces activités ont lieu en milieu hospitalier, avec ou sans rendez-vous, dans un lieu dédié, un secrétariat spécifique, et, bien entendu, la garantie de l’anonymat.

Pour le Dr Alain Lafeuillade, chef de service d’infectiologie et responsable du CeGIDD Var Ouest (du Lavandou à Bandol et de Toulon à Brignoles), investi depuis 1992 dans la prise en charge des patients infectés par le VIH, le champ d’activités s’élargit considérablement. « Nos missions seront aussi éducatives, avec un volet « prévention » important. La fermeture du Planning Familial à Toulon et le manque de bénévoles dans les associations locales rendent le CeGIDD incontournable. »

A l’heure des restrictions budgétaires, le Dr Lafeuillade a bénéficié de moyens importants, mais indispensables : un médecin, le Dr Emmanuel Chevalier, une infirmière et une secrétaire sont spécialement affectés au Centre. Les personnes peuvent se présenter avec, ou sans rendez-vous, et reçoivent un numéro, anonyme, qui leur servira tout au long du parcours de soins.

-« Le flux des patients est « personnalisé », souligne le Dr Lafeuillade, selon les pathologies : infections chroniques, demande de dépistage, première visite… A partir du mois de mars, nous disposerons d’un minibus pour envoyer des unités mobiles dans les universités, les lycées, les collèges, à la demande des responsables des établissements. Pour les mineurs, le dépistage d’une infection sexuellement transmissible sera possible si les parents donnent leur accord, ou si le mineur est accompagné d’un adulte de confiance. »

Des lieux de « consommation sexuelle »
Si les jeunes ont besoin d’informations les adultes ne sont pas en reste… Et c’est aussi dans ces lieux discrets dits « de consommation sexuelle », que l’unité mobile du CeGIDD s’efforcera de faire passer les messages de prévention :

-« Si le SIDA est considéré maintenant par beaucoup de personnes infectées par le VIH comme une maladie chronique, voire « banale » , on sait moins que les infections par les virus de l’hépatite B ou C, la syphilis, les gonococcies sont en train de flamber. C’est d’autant plus grave que certains pensent même que la syphilis est une maladie du XIXème siècle ! Ces infections touchent surtout les HSH : les Hommes qui ont des rapports Sexuels avec des Hommes. Parmi eux, des hommes mariés, qui ne se reconnaissent ni bi-sexuels, ni homosexuels, et qui s’offrent quelques sorties « à risque » dans des clubs, de plus en plus nombreux sur la côte, à Toulon comme ailleurs… Nos unités mobiles demandent à faire de la prévention dans ce milieu, comme sur les plages du Mourillon, réputées accueillantes pour les échangistes. Pour toutes ces infections, il existe des traitements…à condition d’être dépisté à temps. »

Des tests rapides et fiables
Le CeGIDD dispose de tests à la fois rapides et fiables : le TROD (test rapide d’orientation diagnostique). Pour le VIH et la syphilis, le résultat est obtenu à partir d’une goutte de sang, en quelques minutes. Pour l’hépatite C, le test repose sur un prélèvement de salive. Mais attention : il existe une « fenêtre » de trois semaines après un rapport à risque, pour le VIH, pendant laquelle le virus est indétectable (contre trois mois pour les autotests réalisés à domicile) alors que la personne est contaminante.

-« Il faut savoir que la région PACA reste la deuxième de France la plus touchée par l’épidémie à VIH. Les HSH ne se protègent pas systématiquement, et certains refusent même toute information sur le dépistage et la prévention, regrette le Dr Lafeuillade. Enfin, le fait d’avoir eu une syphilis ne protège pas d’en contracter une autre, comme pour l’hépatite C. »

Un numéro à retenir : le 04 94 14 50 56, et un site internet , www.cegidd-83.fr, actualisé tous les jours.

N.F.

Des antennes existent à l’hôpital de Hyères, de La Seyne et de Brignoles

LEAVE A REPLY