Gilles Rastello, le nouveau maire de Plan d’Aups souhaite un nouvel avenir

0
Gilles Rastello, à droite, sera le prochain maire de Plan d'Aups

Le suspens n’aura pas duré longtemps, ce dernier dimanche de novembre, à Plan d’Aups. Serge Rastello, la tête de la liste « Plan d’Aups avenir » a remporté l’élection municipale en recueillant 43,6% des suffrages exprimés. Un scrutin auquel les Plandalens ont répondu nombreux puisque 1098 des 1354 électeurs inscrits ont participé soit 81,09%. Gilles Rastello devance Vincent Martinez « Nouveau cap » (35,6%) et Gisèle Bressano « Osons le changement » (20,7%). Les frondeurs, anciens colistiers d’André Anton, reprennent donc les clés de la municipalité de Plan d’Aups après avoir démissionné le 4 septembre dernier.

L’humilité de Rastello
« Nous allons enfin pouvoir travailler. Cela fait trop longtemps que nous avons les mains liées et que le village n’a pas pu profiter du moindre projet » s’est empressé de déclarer Gilles Rastello, une fois les résultats proclamés.  Une tête de liste, qui sera élu maire vendredi matin lors du conseil municipal d’intronisation. Emu, il a tenu à « rester humble » et avoue avoir bâti sa victoire sur deux piliers qui lui tiennent particulièrement à cœur. « Honnêteté et fraternité, ce sont les valeurs du compagnonnage et je tiens à ce qu’il en soit ainsi tout au  long du mandat » assure cet enfant du pays, menuisier et compagnon du devoir.  Acclamé par une foule nombreuse, réunie au sein de la salle des fêtes, Gilles Rastello souhaite avant tout « ramener la sérénité dans le village et dans les rangs des personnels. Les hommes et les femmes au service de la population ont trop souffert ces derniers mois, il est temps de les rassurer et de leur redonner des objectifs afin de travailler pour le bien-être du village ». Dans ces conditions, Gilles Rastello pourra ensuite s’attaquer « aux finances et retrouver un équilibre synonyme de cohésion ».

Vincent Martinez très amer
De son côté Vincent Martinez, l’ancien maire battu en 2014, a éprouvé des regrets après avoir pensé qu’il était en mesure de retrouver son fauteuil. « Je me suis battu au premier contre la division et il m’a fallu en faire de même lors de ce second tour. Je ne comprendrai jamais l’attitude de Gisèle Bressano. Au final, avec 384 bulletins, j’estime faire un score honorable puisque seuls 86 voix me séparent du vainqueur». Difficile pour lui de reconnaître que cette nouvelle défaite est un désaveu des Plandalens. Il privilégie la critique :  « En 2014, les électeurs avaient voté pour Anton parce qu’il présentait bien. Aujourd’hui, ils choisissent Gilles Rastello parce que c’est un enfant du village. Mais je ne lui donne pas un an. D’ici là, ils vont encore se disputer et je parie que nous retournerons aux urnes ».  Et Vincent Martinez entend bien siéger dans l’opposition. « Certes je vais former des jeunes, mais pas question d’abandonner mon village. Je continuerai à me battre pour lui. »

Arrivée troisième, avec 223 suffrages, Gisèle Bressano n’a pas caché sa déception. Certes, la victoire était inaccessible mais elle pensait bien devancer Vincent Martinez qu’elle accuse d’avoir pratiqué une politique de dénigrement envers sa personne. « Finalement, c’est le moins pire des deux qui a gagné. » Ancienne élue, elle possède une certaine expérience de la vie municipale. Gilles Rastello ne l’ignore pas. « Nous allons lui proposer de travailler avec nous » avoue celui qui comptera quatorze sièges au sein de sa majorité. Vincent Martinez aura trois sièges et Gisèle Bressano, deux.

Alain REVELLO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.