Une décision ministérielle imminente qui va impacter nos territoires pour des générations

1

Contrairement à ce que certains pensent, RFF poursuit les études avec pour objectifs :

– Déclaration d’Utilité Publique (DUP) pour Marseille-Aubagne et Siagne-Nice (priorité 1) en 2017


Blocage des terrains sur les tronçons Aubagne -Toulon et Le Muy-La Siagne (priorité 2) dès validation de la zone de passage préférentielle (ZPP) par décision ministérielle imminente. 
La forte opposition exprimée dans l’ouest Var sur cette ZPP concernant le tronçon Aubagne-Toulon ne semble pas être prise en compte dans le dossier qui doit être soumis à l’approbation du Ministère (dossier RFF).

D’après nos informations, alors que nos territoires et les finances des générations futures sont en jeu … nos élus ne seront ni informés ni consultés sur cette présentation au Ministre, le public et les associations non plus. Il semblerait que ce manque de démocratie participative ait amené le garant de la concertation à mettre fin à son mandat.

LA COUR DES COMPTES, dans son rapport de fin Octobre, dénonce une dérive de la grande vitesse à la française. Elle préconise de réduire le nombre de gares desservies et d’abandonner des projets. Ce rapport est édifiant :

  • –  Toutes les lignes TGV actuelles sont déficitaires et très loin de leurs objectifs de rentabilité.
  • –  Les coûts d’investissements et d’exploitation ne font que dériver.
  • –  Les calculs de rentabilité prévisionnelle sont faussés par RFF qui minimise les coûts 
d’investissement et maximalise les trafics attendus (ou espérés…). Le trafic TGV stagne alors que le trafic TER augmente.
  • –  Sous la pression des élus, le réseau TGV est devenu tentaculaire, chacun voulant sa ligne à grande vitesse. Le TGV devrait être réservé aux grandes distances.
  • –  Nulle part en France, une LGV n’a changé le développement d’une région. Avec ou sans TGV, une région dynamique reste une région dynamique.
  • –  Tous les efforts doivent porter sur la maintenance et l’amélioration des trains du quotidien.

Où en sommes nous ?

  • –  Les TER, on s’en occupe, dixit RFF, et la filière ferroviaire annonce 10 000 suppressions d’emplois à l’horizon 2018 par manque d’investissements essentiellement en TER. De fait, les retards et les annulations des trains du quotidien de notre région se portent malheureusement à merveille, à la grande satisfaction des usagers !!!
  • –  La LGV PACA aurait le record absolu en France avec un coût prévisionnel de 90 millions d’euros au km, basé sur des estimations RFF de 2011 ! Que pourrait être la réalité en 2040- 2050 ? Si on laisse aller le processus de décision, les contribuables continueront à payer et la destruction de nos territoires sera quasi irréversible.
  • –  Essayer de faire croire que la LGV PACA est la solution aux encombrements routiers que nous connaissons ne peut abuser quiconque. Seuls les trains aux quotidiens et une nouvelle approche de la mobilité pourront répondre à ce problème.
  • –  Nous finançons tous ce projet par nos impôts et RFF demande une rallonge budgétaire pour poursuivre des études qui pourraient voir le jour à l’horizon 2040-2050 ! Les co-financeurs (Région, départements, communautés d’agglos) se sont positionnés favorablement pour la poursuite des études et de fait pour les surcoûts qu’elles entrainent ! 
Nous ne pouvons pas laisser enterrer le rapport de la Cour des Comptes. NOUS NE SERONS ENTENDUS QUE SI NOUS SOMMES NOMBREUX. Rejoignez Stop LGV Sanary, rejoignez le Collectif Sud Sainte Baume contre la LGV PACA, rejoignez la Coordination Régionale contre la LGV PACA.

STOP LGV SANARY – 2012, chemin de la Piole Paul VENEL – 83110 SANARY SUR MER – stoplgvsanary@gmail.com

 

1 COMMENT

  1. Si les riverains de l’ouest Var veulent, à raison, faire échouer la section de Ligne Nouvelle entre Aubagne et Toulon, alors il faut être cohérent et courageux, et soutenir que le reste du projet se fasse !
    Car ce qui est certain, c’est que le réseau ferroviaire de la Région PACA n’est pas suffisant pour transporter tous les usagers actuellement dans les embouteillages pour les routes. Et ça n’est pas qu’une question de matériel : il faut aussi que celui-ci puisse circuler.

    Et il faut aussi que le train soit attractif, or sur les moyennes et longues distances dans la Région, il n’est pas attractif. 2h30 pour relier Marseille à Nice en train distante de seulement 158km à vol d’oiseau, c’est trop, et c’est moins performant que la voiture ou l’autocar qui polluent. Donc il faut réaliser La Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur sur les parties Marseille Aubagne et Roquebrune Mougins Nice (et ne pas se contenter de Mougins Nice à l’est). Une fois ceci réalisée, Nice sera relié à Marseille en 1h50-1h55 et il y aura beaucoup moins d’intérêt (et d’argent) pour réaliser la partie Aubagne-Toulon.
    Donc que les riverains de l’ouest Var soient cohérents et aident le projet à se réaliser ailleurs.
    Ensuite, il faut aussi penser à l’avenir. Une seule ligne ferroviaire entre Aubagne et l’est Var, ça ne pourra pas toujours suffire. Donc il faudra la doubler. Puisque ce n’est pas possible le long de la ligne existante, et si les riverains de l’ouest varois ne veulent pas que ça se fasse entre Aubagne et Toulon, alors il faut réfléchir à ce que ça se fasse par Brignoles. Ca serait beaucoup plus efficace, beaucoup moins cher, beaucoup moins de kilomètres de lignes à construire, beaucoup moins de conséquences sur l’environnement.

    Car en restant sur les positions actuelles, de tout refus de toute Ligne Nouvelle pour les uns ou de passage impératif par Toulon pour les autres, ce qui est sur c’est que c’est bien le catastrophique tronçon de Ligne Nouvelle entre Aubagne et Toulon qui finira, trop tard, par se réaliser !

Répondre à SP Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.