Élections départementales les 22 et 29 Mars 2015 : Nouvelle formule.

1
Spread the love

Les élections départementales qui s’annoncent les 22 et 29 Mars 2015 promettent d’être passionnantes à plus d’un titre. Après des élections municipales qui ont vu trois villes du département s’offrir au Front National, après des élections sénatoriales qui ont osé contredire les prévisions, en envoyant un jeune homme de 26 ans au Sénat alors qu’il est un des proches de Marine Le Pen, les élections départementales pourraient bien confirmer le dicton « Jamais deux sans trois ».

Il faudra d’abord enregistrer la réaction des « Varois d’en bas » face à un charcutage qui associera dans un même canton les habitants de Roquebrune sur Argens à ceux de Mons, les habitants  de Saint Cyr sur mer à ceux de Nans les Pins, ceux de Rougiers à ceux de Saint Antonin ou encore ceux de Tavernes à ceux de Châteauvieux. À ce délire administratif qui risque d’éloigner les électeurs d’un scrutin dont le maître mot était la proximité, il ne faudra pas oublier de comptabiliser les frasques de Thevenoud, Cahuzac, Lavrilleux, Balkany, la liste n’est malheureusement pas exhaustive … Pour que le compte soit bon il faudra additionner les « chicaillas » entre « les centres » et l’UMP au niveau départemental, les mauvais souvenirs des municipales pour certains par exemple dans le canton de La Seyne Sud, ou dans le canton du Luc ou encore dans le canton de Brignoles.

L’actuel Président Horace Lanfranchi ne se représentera pas, pas plus que Josette Pons sa première vice-présidente, ce qui fait dire à certains que la guerre de succession a déjà commencé.

À gauche il n’y aura pas d’union le PS, les Écologistes et le Front de Gauche iront à la bataille en ordre dispersé, comme la droite où l’UMP Varois ne sait toujours pas s’associer au Modem, à l’DI, au Nouveau Centre et autres micro-courants. Seul le Front National se présente sans qu’aucune tête ne dépasse, parfaitement rangé derrière son secrétaire départemental Frédéric Boccaletti, qui joue gros sur cette élection après avoir dû laisser sa place aux Sénatoriales à son « ami », si toutefois cette notion existe en politique, David Rachline.

Redécoupage électoral. La loi du 17 mai 2013 procède au redécoupage des cantons Français dont le nombre passe de 4 055 à 2 074. Ces cantons, plus peuplés, permettront lors des scrutins des 22 et 29 mars l’élection des assemblées départementales, rebaptisées conseils départementaux (et non plus conseils généraux). Sauf à Paris, à Lyon, en Guadeloupe et en Martinique.

Compétences. La loi désigne le département comme « chef de file » en matière d’aide sociale et d’autonomie des personnes (aide à la petite enfance, versement de l’APA, du RSA…). Le département s’occupe aussi d’éducation (gestion des collèges). Un projet de loi, en cours d’examen au Parlement, prévoit de modifier ces compétences.

Mode de scrutin. L’élection a lieu au scrutin binominal majoritaire à deux tours. Dans chaque canton, les candidatures prennent la forme d’un binôme composé d’une femme et d’un homme (auxquels s’ajoutent deux suppléants, une femme et un homme également). Si aucun binôme n’est élu au premier tour, peuvent se présenter au second tour les deux binômes arrivés en tête et ceux qui ont obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 12,5 % des électeurs inscrits. Le renouvellement des conseils départementaux est intégral (et non plus par moitié).

Les 22 et 29 Mars 2015 prochains, votez pour qui vous voulez mais, n’oubliez pas de voter !

1 COMMENT

  1. Communiqué de presse de Frédéric Boccaletti
    Conseiller régional de PACA
    Secrétaire départemental du FN Var

    À bout d’argument, l’UMP sème la peur…

    Quelle ne fut pas notre surprise à la lecture d’un récent tract de l’UMP. En effet, des candidats de ce parti n’hésitent pas à jouer sur les peurs en écrivant  » Pour garder une majorité UMP-UDI au Conseil départemental sans laquelle nous ne pourrions plus prétendre à des aides pour nos communes »…

    En clair, si le FN emporte la majorité au Conseil départemental nous supprimerions, selon ces tristes sires, toutes les aides aux communes n’ayant pas la même étiquette que nous…

    Cet argument nauséabond démontre la fébrilité d’une UMP aux abois incapable d’assumer le bilan calamiteux de sa gestion du département ! En outre, ceci est également révélateur du sectarisme de ses candidats et des dispositions iniques qu’ils appliquent eux-mêmes à leurs adversaires.

    Déjà, lors des municipales, ils avaient affirmé que les mairies éventuellement gagnées par le FN, seraient mises au banc de la République et totalement isolées. Bien évidement cela n’a été aucunement le cas…

    Bien au contraire, lors des élections sénatoriales, ce sont plusieurs centaines d’élus n’appartenant pas au Front National qui ont voté pour notre liste, faisant élire David Rachline sénateur du Var. Ces élus ont souhaité envoyer un signe fort à l’UMP et ont ainsi affirmé qu’il n’y a rien de honteux à voter pour le Front National !

    Qu’il n’en déplaise à ces petits politicards médiocres, les électeurs varois ne tombent plus dans ce genre de piège tendu par nos adversaires pour les manipuler dans le seul but de conserver leurs petits avantages !

    Le Front National affirme que s’il emporte la majorité au Conseil départemental, il n’appliquera aucunement la discrimination politique.

    Notre seule mission sera de défendre l’intérêt général des Varois et rien d’autre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.